MENU

First Solar va fabriquer des panneaux solaires à Bordeaux

Signe des temps. A Blanquefort, dans la banlieue de Bordeaux, les usines consacrées aux énergies renouvelables remplacent progressivement celles qui abritaient l’industrie automobile. Après un premier gros projet de fabrication de grandes couronnes destinées aux éoliennes (80 millions d’euros d’investissements et 170 emplois) dans une ancienne usine Ford rebaptisée First Aquitaine, c’est au tour du photovoltaïque de faire irruption. Juste à côté.

Le groupe américain First Solar vient en effet de conclure de longues négociations avec l’Etat et les collectivités locales pour construire et mettre en service en 2012 à Blanquefort une usine de panneaux photovoltaïques à couche ultramince, technologie dont il est le leader mondial. Le protocole d’accord prévoit que First Solar va dépenser 90 millions d’euros dans ce qui sera sa seconde usine en Europe (l’autre est située en Allemagne) et qui devrait employer un peu moins de 400 personnes. Pour boucler un investissement proche de 100 millions, 8 millions d’euros de subventions sont apportés en plus par l’Europe, l’Etat et les collectivités locales. Ces dernières vont par ailleurs constituer une SEM immobilière pour porter le coût immobilier de ce projet évalué à 30 millions d’euros.

Coup dur pour le site provençal

La filiale d’EDF est pleinement partie prenante dans cet accord puisqu’elle s’engage à acheter à l’américain la production de la future usine sur une période de dix ans. EDF EN, qui compte plusieurs projets de grosses centrales photovoltaïques, notamment dans les Landes voisines, ambitionne d’installer en France 500MW de capacité photovoltaïque d’ici à 2012, contre une vingtaine seulement à la fin de 2008.

First Solar  (1,2 milliard d’euros de chiffre d’affaire en 2008) avait initialement envisagé de s’implanter dans la basse vallée de la Durance dans le cadre d’un projet de reconversion industrielle du site Arkema à Saint-Auban (Alpes-de-Haute-Provence) soutenu par Jean-Louis Borloo.

Finalement, l’américain s’est retiré en septembre, faisant valoir que le site ne répondait pas à un certain nombre de critères techniques indispensables, notamment au niveau du traitement des eaux. Un coup dur pour le bassin d’emploi provençal sinistré, qui venait à peine de se remettre de l’échec d’un autre projet portant sur la fabrication de silicium (Silpro). Conseillé par les services de l’aménagement du territoire, l’industriel américain s’est donc replié sur l’Aquitaine où il avait d’ailleurs envisagé d’autres sites d’implantation.

Les chiffres clefs du projet :

Coût total : 130 millions d’euros.

First Solar investi 90 millions.

L’Europe (via le Feder) apporte 4 millions d’euros.

L’Etat accorde 2 millions (prime à l’aménagement du territoire).

Les collectivités locales (Région Aquitaine, Conseil général de Gironde, communauté urbaine de Bordeaux) : 2 millions, sans compter 30 millions d’euros de portage immobilier.

Emploi : 350 à 400 personnes

Mise en service en 2012.  

Source : LES ECHOS 18 Décembre 2009

Article précédentLes USA prêts à mobiliser 100 milliards pour le climat
Article suivantSolaire : l’annulation des contrats plonge la filière dans la confusion

Sur le même thème